Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Univers au féminin

mode, shopping, tendances

conseils de démaquillage

Publié le 26 Octobre 2016 par Lisa Thauvin

Geste de base d’une peau saine, un nettoyage rigoureux s’impose, qu’on use ou non de fards. Retour sur un rituel essentiel qu’on aurait tort de négliger.

Faire peau nette ! L’expression est on ne peut plus significative. Agressé de toutes parts par les radicaux libres, la pollution et ses particules volatiles, mais aussi les filtres contenus dans les soins solaires, les pigments des poudres et autres fonds de teint, le visage a besoin, chaque jour, d’un nettoyage approfondi.

A quoi s’expose-t-on si on fait trop souvent l’impasse?

Il fait partie des gestes essentiels pour maintenir une peau éclatante, qui conserve sa jeunesse. Les traces de maquillage, le sébum, les impuretés accumulées à la surface de la peau l’empêchent de respirer et peuvent générer des radicaux libres qui altèrent son équilibre. S’en débarrasser chaque soir, à l’aide de produits efficaces et sûrs, est un geste essentiel, que les femmes doivent adopter dès leur plus jeune âge. Un exemple typique d'utilité de ce geste est quand la jeune femme est en âge de se marier et de donner naissance le même jour , voir :  Elle allaite en robe de mariée pour faire taire les préjugés sur son âge

On parle souvent du «rituel» cher aux Japonaises ou aux Coréennes qui dépensent autant, voire plus en démaquillants qu’en produits de soin.

Les femmes japonaises sont, en effet, les plus expertes. Elles se démaquillent avec un lait, puis avec un produit moussant rincé abondamment. Les Européennes devraient suivre leur exemple et associer systématiquement lait et lotion. Cette dernière permet d’éliminer les traces de lait non retirées par le démaquillant et possède une action astringente et vivifiante. Corps gras et polluants génèrent de l’oxydation et des inflammations. Ils altèrent la fonction barrière de la peau, celle-ci se déshydrate, se sensibilise, devient plus vulnérable.

Est-il préférable de choisir lait et lotion dans la même marque?

Je le pense. Pour prendre l’exemple de Chanel, toutes les formules de Précision sont testées conjointement pour valider leur compatibilité en termes de tolérance et d’efficacité. Toutes bénéficient des bienfaits de l’extrait de tulipier, pour une méthode de «dépollution» inspirée d’une propriété développée par certaines plantes: capter ou éliminer les polluants.

Que penser des eaux démaquillantes? Peut-on vraiment, en un seul geste, purifier l’épiderme?

Si on utilise un fond de teint haute tenue, il est, en effet, préférable de recourir au classique duo précédemment évoqué pour débarrasser parfaitement la peau des pigments du maquillage. Les eaux sont des formules tout indiquées pour des filles aux peaux délicates, qui se maquillent légèrement. Ce sont aussi des soins idéaux pour le voyage.

commentaires

Tendance chapeau melon

Publié le 2 Octobre 2016 par Lisa Thauvin

Tendance chapeau melon

Depuis cet été, le chapeau n’est plus un fantasme.

Qu’on ouvre les yeux, et l’on l’aperçoit de plus en plus dans les rues, portés sans complexe et dénudés de leur connotation de too much.

Les créateurs ont bien flairé la tendance, et cet automne, nous aurons un choix immense de chapeaux pour donner un peu de style à nos tenues : le tricorne à la Marc Jacobs, le bonnet large à la Galliano, ou bien même, pourquoi pas, le béret léopard de Ralph Lauren !

Attention cependant, à choisir un chapeau malgré tout quand même assez passe-partout, pour ne tomber dans le déguisement…

C’est pourquoi notre choix sera sans conteste le chapeau melon. Il fut le chapeau des notables anglais du 19ème siècle, et l’accessoire fétiche de personnages mythiques, tels que Hercule Poirot, Laurel et Hardy, ou le tueur en série de Orange Mécanique…

Il est à présent décliné à toutes les sauces par le prê-à-porter, et nous permettra de nous donner un petit style dandy désabusé…

On le trouvera chez les Petites, ou Urban Outfitters, ou bien tout simplement à la chapellerie Julias (59 boulevard Barbès à Paris).

commentaires

Visiter Budapest - suite

Publié le 18 Septembre 2016 par Lisa Thauvin

Visiter Budapest - suite

Fin de notre périple à Budapest . Voici quelques lieux à découvrir dans la capitale :

Contrairement à ce que l’on peut penser, à Budapest, les gourmands se régalent. Le goulasch bien sûr, du paprika, mais aussi des tas d’autres délices…

Quelques bonnes adresses de restaurants

Menza, des prix tout doux et une superbe terrasse en été, Bp Litszt Ferenc tér,

Mokka, plus chic mais ne pas passer à côté de leurs tapas. Sas utca, 4,

Un petit chocolat chaud et une Sachertorte pour se remettre de ses efforts? Un tour au Gerbeaud Café pour une pause nostalgique. Gerbeaud Café, Vörösmarty tér 7, www.gerbeaud.hu

L’offre culturelle est pléthorique à Budapest. Le Festival du printemps, avec ses multiples concerts et représentations, prend ses quartiers dans le tout récent Palais des Arts, tandis que l’été le pont des Chaînes se ferme à la circulation pour accueillir concerts et spectacles.

Le zoo, l’un des plus vieux d’Europe… A voir pour ses animaux, mais surtout pour son architecture (chaque pavillon animalier est une œuvre d’art). Zoo Allatkert, Allatkerti körút 6-12

Si l’on veut échapper aux soirées folkloriques, le soir, les bars sympas donnent plutôt dans le genre alternatif. Pour prendre un verre le soir venu et tenter de lancer la conversation avec les autochtones, rien de tel qu’un petit verre au Szimpla Kert, un bar squat avec un joli jardin en été. Szimpla, Kazinczy útca. 14, www.szimpla.hu

Et aussi : le Szóda, pour son ambiance manga et ses confortables sofas. Wesselényi u. 18.

Pour une nuit inoubliable, optez pour une chambre panoramique située au dernier étage de l’hôtel Lanchid, le premier établissement hongrois à entrer dans le prestigieux Guide des designs hotels.
Terrasse en teck panoramique, baignoire hydromassante avec vue intégrale sur la Danube. Un must, même pas totalement hors de prix (dès 269 euros la suite) Lanchid 19, Lánchíd utca 19.

commentaires

Découverte de Budapest, éternelle et branchée

Publié le 12 Août 2016 par Lisa Thauvin

Découverte de Budapest, éternelle et branchée

Sur la rive droite se dresse la colline du Château, autrefois incarnation de l’autorité royale. Deux parties à ne pas rater: au nord, le palais royal et, au sud, de paisibles ruelles aux façades colorées. Le mieux est d’y accéder par le funiculaire situé non loin du pont des Chaînes, histoire de contempler Pest au-delà du Danube.
Funiculaire, I. Szent György tér

A la chute du Mur, les Hongrois ont retiré toutes les traces du communisme un peu partout dans la ville… pour les entreposer dans une sorte de parc du souvenir. Des statues de Marx ou de Lénine aux bottes de Staline en passant par quelques Trabant… incontournables!
Memento Statues Park, Balatoní út, www.mementopark.hu

Pour s’habiller chic et branché, une bonne adresse où trouver des fringues et des accessoires de jeunes créateurs du pays (Je suis belle, Anouchka, One to one) à des prix tout doux.
Retrock Deluxe Shop, Heiszlmann Imre utca 1.

Côté chaussures, on se jette sur les baskets Tisza, créées sous les Soviets avant de tomber dans l’oubli. La tendance vintage les a remises au goût du jour, les Hongrois se les arrachent!

Budapest est une ville d’eau. Le Danube, bien sûr, qui sépare la ville en deux. Mais aussi ses bains thermaux, où aller faire trempette tout au long de la journée. Un coup de cœur pour les bains Széchenyi avec leurs fameux joueurs d’échecs : http://fr.szechenyifurdo.hu/

commentaires

Les dernières Doc Martens

Publié le 18 Juillet 2016 par Lisa Thauvin

Les dernières Doc Martens

Lors du dernier défilé Jean Paul Gaultier, nous avions pu apercevoir à de nombreuses reprises des Doc Martens revisitées qui accompagnaient les tenues du créateur, annonçant la prochaine collaboration de l'enfant terrible de la mode avec l'enseigne mythique.

En effet, après une collaboration avec Raf Simons, Doc Martens ne s'arrête pas en si bon chemin, et réitère l'expérience avec JPG. Ainsi donc, bientôt in store, les nostalgiques du modèle 1460, symbolique des années 80, pourront découvrir la petite dernière, customisée par les soins du styliste.

Il en propose une version "cage", qui présente une sorte de dentelle en cuir autour des malléoles. L'ensemble est ultra fashion, mais ce modèle aura-t-il une grande longévité ? ... Du moins, il reste sûr que les Doc reviennent en force, aperçue récemment aux pieds des VIP telles que Agyness Deyn ou Marc Jacobs.

Et pour les plus aventureuses d'entre nous, pourquoi ne pas créer son propre modèle JPG à l'aide d'un cutter et d'un peu de patience ?..

commentaires

Dans l'atelier de teintures et peintures sur soie

Publié le 4 Juin 2016 par Lisa Thauvin

la magie des couleurs naturelles

Dans le fond du jardin de l’ancien presbytère du village d’Illartin, il y a des plantes suspendues, des odeurs inhabituelles, des choses qui chauffent, qui trempent, qui macèrent.

Quand l’une d’elle trempe du tissu blanc dans de l’indigo et qu’il devient jaune, puis vert, puis bleu au contact de l’air...

Ici ont est simplement passionnés par les couleurs, et surtout par cette nature qui ouvre tous les possibles et qui ne demande qu’à être apprivoisée.

Dans leur atelier, rien de chimique ou de synthétique ne franchit le pas de la porte. Tout est question de dompter le monde végétal, pour apprendre à manier l’ensemble du processus qui mène jusqu’à la teinture.

Pour vivre de leur passion, nos hôtes ont créé une association en 2015: «Nature sur soie»

Par ce biais, elles transmettent leurs savoirs à des enfants dans des ateliers pédagogiques, mais aussi aux adultes pendant des sessions de formation.

Dans le coin, nombre d’artisans et de créateurs sont aussi friands des couleurs uniques qui naissent dans leur atelier : pour la laine, la vannerie, ou encore la soie, pour la peinture sur soie .



«Certaines couleurs sont absolument uniques» explique la responsable, «c’est le cas du rouge garance par exemple»

Mais il y a aussi l’indigotier ou le fameux pastel pour le bleu. Le Réséda ou l’Anthrisque pour le vert. Le cosmos, le millepertuis, ou la vergerette du canada pour le jaune.

Certains plantes seront utilisées entières. Pour d’autres, seule la racine sert. Parfois, c’est de l’écorce que la couleur est extraite. Comme pour l’Aulne (un arbre qui pousse près des rivières), et qui permet d’obtenir des noirs et des bruns.

Il faut ensuite savoir comment préparer les tissus (le mordançage), puis maîtriser le processus de teintures.

Un savoir encyclopédique pour lequel on a ont dû se former; notamment auprès de M. Garcia, une des pointures les plus reconnues dans le domaine des plantes tinctoriales.

Aujourd’hui, l'atelier de teinture/peinture sur soie cultive une partie des plantes qu’il utilise et récupère l’eau de pluie pour travailler.

ici on étudie, échange, expérimente, crée. «C’est sans fin !» plaisante t-on. Car la nature n’a pas encore dévoilé tous ses secrets et ne le fera sans doute jamais

 

commentaires

Tendance : ce que disent leurs lunettes

Publié le 27 Mai 2016 par Lisa Thauvin

Tendance : ce que disent leurs lunettes
Avant, elles étaient tellement moches qu’on préférait les lentilles.
Aujourd’hui, les lunettes sont un marqueur de style. Mais lequel ?

J’assume l’étiquette fashionista

Lunettes type Wayfarer, comme Camelia-Jordana

Le message Dans le milieu frivole et éphémère du show-business, j’affirme mon tempérament. C’est presque un acte rebelle. Je suis chanteuse – ou actrice –, mais reconnue pour de multiples talents. Une muse qui emmerde les bimbos.

A quoi elles servent A ne pas tomber dans le trou du souffleur et, dans tous les cas, à marquer ma différence.

Le sous-entendu Vous rêveriez de me les enlever, non ?

L’ancêtre Nana Mouskouri.

Les adeptes Camelia-Jordana (de Nouvelle star) et sa soeur, Melody Gardot (nouvelle voix du jazz)… et Christophe Willem (jadis dit La Tortue).

commentaires

Décors floraux printaniers

Publié le 2 Février 2016 par Lisa Thauvin

Avez-vous assez de la grisaille foide et humide de l'hiver ? Il est alors grand temps d'inviter le printemps. Avec de jolies idées faciles à mettre en pratique, faites germer et pousser le printemps chez vous. Puisez l'inspiration dans nos suggestions printanières.

La caractéristique du printemps, c'est le réveil de la nature: les bourgeons de feuilles qui habillent les arbres et les taillis, l'éclosion des premières fleurs. Avec quelques trucs, vous pouvez créer ces moments magiques et faire souffler un vent nouveau chez vous.


Remplissez trois verres étroits de 12 à 18 cm de hauteur avec un peu de sable ou de petites billes de Lecca (argile compensée). Posez dessus une tulipe miniature forcée ou un narcisse tête-à-tête. Remplissez ensuite le verre de terre ou de billes de Lecca en vous arrêtant à quelques centimètres du bord et ajoutez un peu d'eau. Veillez à ce que les bulbes ne soient jamais dans l'eau, sinon ils pourriront.

En plaçant les verres côte-à-côte dans un endroit frais et lumineux, vous pourrez observer la croissance de ces messagères du printemps.


Disposez de grands rameaux de saule en tire-bouchon dans un grand vase rempli d'un peu d'eau. Dix jours plus tard environ, les petites feuilles commenceront à se déployer. Nettoyez le vase une fois par semaine. Une remarque encore: des petites racines se formeront à l'extrémité des rameaux, de sorte que vous pourrez planter ceux-ci dans le jardin plus tard.

On obtient le même effet qu'avec le saule mais avec un vase plus petit avec des rameaux de pommier, de cerisier ou de forsythia que l'on peut faire fleurir chez soi.

 

Les perce-neige sauvages sont protégés mais en tant que plantes de jardin, ils ne le sont pas. Si vous en avez dans votre jardin, vous pouvez en déterrez deux ou trois avec le plus grand soin à l'aide d'une truelle à fleurs. Placez-les immédiatement dans une jolie coupe chez vous et vaporisez-les régulièrement avec de l'eau.

 

Une petite remarque encore: on peut nettoyer sans problèmes les grands vases (et les petits aussi, bien sûr) en les remplissant d'eau et en ajoutant une ou deux tablettes de Corega Tabs, selon la taille. Il est possible, une demi-heure plus tard, de rincer et d'essuyer le vase.

commentaires

Visite d'Antalya - suite

Publié le 2 Janvier 2015 par Lisa Thauvin

Marisa Tomei - Pause shopping

Comment ne pas rentrer les mains vides ? L’actrice américaine a découvert les spécialités locales comme la confiture de roses ou la marmelade d’aubergines vendues dans le bazar et les échoppes du centre-ville.

On y trouve aussi toutes sortes de condiments au goût exotique, de pistaches mais aussi des kilims (tapis turcs), bijoux en argent, céramique et nécessaire de toilettes pour se rendre au hammam. Les vendeurs seront ravis de vous voir marchander.

 

Kevin Spacey - Le pied marin

 

Coiffé d’une casquette, l’acteur américain et réalisateur de Beyond the Sea a apprécié le port de plaisance où s’amarrent les barques multicolores des pêcheurs mais aussi les bateaux de plaisance.

Ces derniers proposent toute l’année des croisières de deux ou quatre heures.

L’occasion de découvrir les chutes de la Düden qui tombent de 40 mètres de haut et d’apprécier, sous le soleil couchant de la Méditerranée, la tour romaine Hidirlik Kulesi qui s’élève à l’extrémité d’Antalya.

 

Mickey Rourke - Un hôtel ultramoderne

 

Contrairement à son personnage dans The Wrestler, Mickey Rourke et son chihuahua n’aiment pas les bains de foule.

Durant son séjour à Antalya, il était dur de faire quitter sa chambre à l’acteur. Il faut dire que le Hillside SU détonne du reste des hôtels de masse de la région. L’établissement marie sa décoration ultramoderne et minimaliste à une élégance futuriste. Sa blancheur éclatante propre à un hôpital ou une station spatiale est agrémentée par un éclairage d’ambiance en couleur.

L’acteur américain a pu savourer son cocktail dans le lobby décoré d’énormes boules à facettes et se détendre le visage et le corps grâce aux soins balinais proposés par le spa.

Hillside Su Hotel, Konyaalti.

 

Pour ceux qui préfèrent découvrir la Turquie façon Agatha Christie, les Konak, demeures ottomanes restaurées, sont une destination idéale. Ces hôtels en bois regorgent de charme avec leurs nombreuses cours intérieures. Le Dogan, dont la décoration intérieure semble volée à un palais de Sultan brade ses prix de 50% durant l’hiver.

 

Dogan Hotel, Mermerli Banyo Sok. No 5, Kaleiçi.

commentaires

Séjour à Antalya, sous le soleil d’hiver

Publié le 15 Janvier 2014 par Lisa Thauvin

Séjour à Antalya, sous le soleil d’hiver

Considérée en été comme un centre d’attraction touristique par excellence, la cité balnéaire turque est, hors saison, un véritable havre de paix.

Paul Verhoeven - Turkish Delights

Le réalisateur de Basic Instinct se prépare à diriger Pierce Brosnan dans The Topkapi Affair, la suite de l’affaire Thomas Crown dans les studios de cinéma d’Antalya. De la culture turque, il apprécie principalement sa cuisine.

Son restaurant fétiche ? Le 7 Mehmet. «On se laisse emporter par le ballet de mezze principalement ceux aux aubergines et aux yogourts. Puis par le poisson grillé qui est encore meilleur accompagné d’un verre de raki, cette boisson alcoolisée à l’anis.»

7 Mehmet, Atatürk Kültür Parki No 333, Antalya.

Ferzan Özpetek - Le hammam et la vieille ville

Accolé au bazar, le Yeni Cumhuriyet Hammam, datant du VIIIe siècle, abrite un espace mixte et un autre réservé aux femmes. Ce bain traditionnel reste aux yeux de Ferzan Özpetek, cinéaste turco-italien, un lieu pratique et convivial où les autochtones se retrouvent entre amis pour se laver, se frotter le dos au gant de crin et se masser.

Après ce nettoyage de fond, enfoncez-vous au pied des remparts de la forteresse d’Antalya. Dans les ruelles pavées se dressent d’anciennes bâtisses ottomanes datant des XVIIIe et XIXe siècles. La plupart sont aménagées en cafés et possèdent des cours intérieures embaumant le jasmin, où, au rythme mélodieux de l’appel à la prière du muezzin, on peut déguster un simit (pain rond au sésame) accompagné d’un thé.

Adrien Brody - Excursions culturelles

Sa compagne, Elsa Pataky, n’ayant pu l’accompagner, Adrien Brody a emmené sa mère en excursion à 45 km à l’est de la ville, dans le théâtre antique d’Aspendos.

Ce site gréco-romain, connu pour son incroyable acoustique, date du IIe siècle et peut accueillir jusqu’à 20 000 spectateurs.

A quelques kilomètres de là, les ruines de Sidé désertées en hiver par les touristes se dressent, elles, au milieu de la ville moderne.

Des excursions envoûtantes qui se réalisent en une journée.

commentaires
1 2 > >>